Imprimer

l'équipe artistique

Quand Godard dit ‘Je voudrais être un bureau de production’, il veut dire juste des idées, parce que quand on en est là, on est tout seul, mais on est aussi comme une association de malfaiteurs…

Etre une ‘bande’ : les bandes vivent les pires dangers, reformer des juges, des tribunaux, des écoles, des familles et des conjugalités, mais ce qu’il y a de bien dans une bande, en principe, c’est que chacun y mène sa propre affaire tout en rencontrant les autres, chacun ramène son butin, et qu’un devenir s’esquisse, un bloc se met en mouvement, qui n’est plus à personne, mais ‘entre’ tous le monde, comme un petit bateau que des enfants lâchent et perdent, et que d’autres volent. Dans les entretiens ‘6X2’, qu’est ce que Godard et Mieville ont fait, sinon l’usage le plus riche de leur solitude, s’en servir comme d’un moyen de rencontre, faire filer une ligne ou un bloc entre deux personnes, produire tous les phénomènes de double-capture, montrer ce qu’est la conjonction ET, ni une réunion, ni une juxtaposition, mais la naissance d’un bégaiement, le tracé d’une ligne brisée qui part toujours en adjacence, une sorte de ligne de fuite active et créative ? ET…..ET…..ET

 Gilles Deleuze. 




  • Sélim Alik

 Selim ALIK est comédien et metteur en scène ; il a notamment travaillé avec ou sous la direction de Catherine ANNE, Michel CERDA, Jean-Louis BENOIT, Claire LASNE-DARCUEIL, Daniel MESGUISH, Célie PAUTHE, Denis LAVANT, Redjep MITROVITSA,  Robin RENUCCI, Dominique VALADIE ou encore Alain Françon.   Dans les registres du répertoire  classique ou contemporain : KOLTES, AZAMA, PASOLINI, LAGARCE, VINAVER, MICHAUX, KAISER, HORWATH, Kleist,  HUGO, RACINE, Tirso de MOLINA,Molière.

Il a notamment mis en espace « Sallinger » de B.M KOLTES, «  Pylade » de P.P Pasolini et mis en scène « Long voyage du jour à la nuit » de E. O’Neill , « Et jamais nous ne serons séparés » de J. Fosse, « Duo » de D. Keene, «  Iphigénie » de J. RACINE, « Dans la Compagnie des Hommes »  de E. BOND, « Sur tout ce qui bouge » de Christian Rullier, «  Le petit ordinaire » et « Sermons joyeux » de J.P SIMEON.

Il est directeur artistique et metteur en scène de la compagnie CITHEA depuis 2005.

La compagnie Cithéa, a été créée à partir d’une recherche  mettant en parallèles différents modes d’expressions artistiques : le cinéma, les arts plastiques et le théâtre, non pour les juxtaposer mais pour tenter, à partir de liaisons complémentaires, de faire naître une esthétique au service de la création théâtrale ; et à partir du désir de travailler sur des auteurs dits « de langue », (qui au-delà d’une dramaturgie inventent une langue parfaitement identifiable),  dont les thématiques abordées font écho aux problématiques de la citée d’aujourd’hui.

La compagnie Cithéa été soutenue pour ses créations par la ville de Marseille, le Conseil départemental  des Bouches du Rhône, le Conseil Régional PACA, la DRAC PACA.Ainsi que par le Sémaphore scène conventionnée de Port- de- Bouc, La passerelle scène nationale de Gap, Les Salins scène nationale de Martigues, La Criée Centre dramatique national de Marseille.                                




  • Sylvain Audemard

Explorateur et bidouilleur sonore, autodidacte et curieux, Sylvain travaille depuis 1998 en tant que technicien son pour plusieurs théâtres et salles en Rhône-Alpes: L’heure Bleue,Théâtre de la Mure, La Rampe à Echirolles, Le Théâtre de Grenoble, L’Amphithéâtre de Pont-de-Claix, Les Arts du Récit, Le Pot au Noir etc Et en tant que sondier avec Cie les 7 Familles, Cie 47.49, Cie les Drôles, La Tribu Hérisson, Cie du Jour , Association les Mauvaises Herbes, Cie de Koning et la reine , Association Ballade et la Cie Chapazard. Depuis 2002, il est membre de la Chaudière Intime, et participe à toutes ses créations.

 


 

  • Valère Bertrand

Après avoir fait ses débuts à Grenoble au Conservatoire National de Région, il travaille rapidement dés 1988 sous la direction de Jean Vincent Brisa (Fenêtre sur Cour, Le Bourgeois gentilhomme, Les fourberies de Scapin ), Françoise Maimone, Pascale Henry ( Et Alors !  au Théâtre Le Rio ) puis d'Ariel Garcia Valdez au Centre Dramatique National des Alpes (  Le Voyage ) Il accompagne ensuite durant un peu plus de huit ans Chantal Morel et l'Equipe de Création Théâtrale ( Un jour au début d'Octobre, Groom, Le Roi Lear, Pourvu que le monde ait encore besoin de Nous) , croise durant quelques mois Armand Gatti (Les Empereurs aux ombrelles trouées). En 1998 il rencontre

Serge Papagalli et la Comédie du Dauphiné (Le Dauphinois libéré, La Puce à l'oreille,...,On n'est pas des Quand même,On va tâcher moyen, Salle défaite), ainsi que Olivier Perrier et les Fédérés à Montluçon (Utopia Ruralis, Les Farces).

Conjointement il fonde le Pot au Noir, Espace de Travail et de Création artistique en milieu rural, au pied du plateau du Vercors dans l'Isère où il crée avec Violeta Todo, la Chaudière Intime. Quelque temps plus tard il intégrera le Footsbarn Travelling Théâtre (Don Juan de Molière, L'inspecteur de Gogol)

Depuis 2009, il travaille étroitement avec Claire Lasne-Darcueil, tout d’abord au Centre Dramatique Poitou-charentes ( Hamlet, Tout le monde ne peut pas s’appeler Durand, D’ici là on peut rêver ) puis avec la Cie Dehors/Dedans (Nous Trois, Désirs de Théâtre à la Maison Maria Casares).

Ce sera le temps des rencontre avec Nicolas Fleury (Pacamambo), Richard Sammut (En attendant Godot, Quichotte y Panza) et Anne See (Sous les Etoiles exactement) . En 2012 ,première collaboration avec J.F Matignon et la Cie Fraction ( W / GB 84) . 2013 , membre du jury d'entrée au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique et début du travail sur « Nous les Vagues » qui se poursuit en 2014. L'année 2015 amène la première collaboration avec le Petit Théâtre Dakoté ( le Mariage de Figaro) et les retrouvaille avec Jérôme Derre sur le projet: Dieu ?

 


 

  • Christophe Bihel

Comédien, metteur en scène, auteur, adaptateur

Il travaille sept années sous la direction de Nicolas Peskine (compagnie du Hasard à Blois) où il fait de nombreuses rencontres (Roger Blin, Eugenio Barba) avant de partir vivre en Pologne en 1989 où il travaille comme acteur et metteur en scène au Théâtre Dramatique de Legnica. Il signe en Pologne ses deux premières mises en scène puis rejoint en 1992 le Footsbarn Travelling Theatre où il restera pendant dix années de voyages et de résidences à travers le monde (Inde, Afrique de l’Ouest, Amérique du Sud). Fondateur du Petit Théâtre Dakôté, Christophe Bihel est également l’auteur d’une dizaine de pièces et d’adaptations théâtrales. Entre 2005 et 2008, il écrit et met en scène deux spectacles pour les comédiens de La Cie de l’Oiseau Mouche (L’enfant dela jungle et Une odyssée). Invité par Anne-Laure Liégeois (Le Festin - CDN de Montluçon), il écrit et met en scène les deux premiers volets d’un triptyque consacré à l’œuvre d’Ovide  pour le Petit Théâtre Dakôté : Le chant du monde (2009-2010). Toujours pour le Petit Théâtre Dakôté, il écrit et interprète Le ballon en 2011 et co-écrit et co-met  en scène Rue de la Lune en 2012. En 2013 il met en scène Entourloupes (spectacle JP) , en 2015, LeMariage de Figaro de Beaumarchais et bientôt (2016/2017) La Tête ailleurs et La Brume (écriture, jeu et mise en scène). Nourrissant son travail de rencontres et de voyages, Christophe Bihel écrit et fabrique un théâtre d’histoires, populaire et pour tous les publics.

Né en 1999 à Hérisson, sur les bords de l’Aumance, Le Petit Théâtre Dakôté, fabrique de petites formes théâtrales. Outre la diffusion de son répertoire dans les théâtres, la compagnie s’attache depuis sa création à se produire en milieu rural.

Au départ, comme toujours, il y a le désir de créer avec gourmandise. L’envie « pressante » de raconter telle ou telle histoire parce que nous la trouvons belle, importante… Amusante… Nouvelle… Inconnue… oubliée ?... Ensuite il y a le « style », ce théâtre fait de contes et d’histoires, au plus près du public et pour tous les publics… C’est ce théâtre « familial et tout-terrain », petite perle à polir sans arrêt et de mieux en mieux que nous souhaitons défendre et explorer jusqu’à plus soif…

Notre démarche, nos désirs, nous conduisent assez naturellement hors des circuits traditionnels et nous poussent à concevoir la diffusion de nos spectacles comme une aventure artistique et humaine… Tisser des liens étroits réguliers entre la compagnie et le public : aller à la rencontre de tous (maison de retraite, institut pour déficients visuels, ESAT, écoles, prisons, collèges, lycées), Bref, sortir de notre « bulle » théâtrale : échanger.

 


 

  • Bruno Böeglin

    Né à Châlons-sur-Marne le 6 octobre 1951 Comédien, auteur et metteur en scène de théâtre français.

En 1967, il fonde la Compagnie de La Mouche qui devient le Novothéâtre en 1977. Cette même année, il investit le Théâtre de l’Eldorado à Lyon, où il reste jusqu'en 1986. En 1986, il succède à Georges Lavaudant à la direction du Centre dramatique national des Alpes à Grenoble, fonction qu'il occupe pendant 18 mois. Depuis 1987, il met en scène et adapte de nombreux textes pour la scène au sein de sa compagnie devenue aujourd'hui Le Théâtre du Désordre des Esprits.

Il est aussi l'auteur des pièces : La Novia (1976), Septem dies (1979), Le Slave (1982), Le Copte (1983), El Asentamiento (1984), Le Marabout (1987), L'Occupant de l'enclos (1988), Noticias del Caribe / Trilogie (1989), El Naufrago (1995), Gracias a Dios ! (1997), Les Aventures de soeur Solange (2000).

 

Notre compagnie se nomme : « Théâtre du Désordre des Esprits / Compagnie Bruno Boëglin » depuis 2011. "Théâtre du Désordre des Esprits" pour un vers de Rimbaud et "Compagnie Bruno Boëglin" parce que Bruno en assure la direction artistique. Sa compagnie s'est d'abord appelée "Cie de la Mouche"(1972), le nom du quartier de Gerland à Lyon où il a vécu gosse et où il a investi une Maison des Jeunes tout de suite après l'adolescence, puis "Novothéâtre", histoire de reprendre l'ancien nom du Théâtre de l'Eldorado où il s'est installé et qu'il a dirigé collectivement avec sa troupe de 1977 à 1986, puis à mi-parcours avec l'Attroupement, jeune compagnie marseillaise fraichement arrivée à Lyon .Y seront accueillis Peter Brook, Le Café de la gare, Serge Valetti, Marcel Bozonnet,

Rufus... etc... Mais le navire sombre. Ou plutôt il est rasé. En 1987, Bruno est nommé directeur du Centre Dramatique National des Alpes à Grenoble.. Visiblement, il n'est pas doué pour cet exercice. Six mois plus tard, il est viré ! Il continuera donc le chemin en voyageur indépendant, en France, dans les pays de l'Est et en Amérique Latine, particulièrement au Nicaragua. En 2011, nous nous regroupons autour de lui. Le "nous" c'est sa famille (trois fils et leur mère). On prend des bureaux au 7 de la rue Imbert Colomès, dans le 1er, à Lyon. On décide de travailler à l'occasion de chaque création dans un cadre et une durée qui permettront à l'équipe de vivre collectivement. Le clan que nous formons déjà doit être capable d'accueillir et, pour aller plus loin, de fondre les acteurs, actrices, techniciens, musiciens, constructeurs du spectacle à venir. Que le trivial se mêle à l'artistique c'est le meilleur moyen de tester sa propre capacité d'ouverture et de liberté. - 2011 Création de Tombé. au Cube (Les Fédérés) à Hérisson et location de gîtes dans un hameau (8 personnes). Lien de la vidéo du spectacle « TOMBE » filmé au théâtre des Célestins (2013): http://youtu.be/zeSzmAxqCeQ -2012. Re-création de Bubu's Blues au théâtre du Verseau à St Étienne et location d'un gîte dans le Mont Pila (14 personnes) -2014 Tournée de Tombé au Nicaragua. Re-création du spectacle en langue espagnole, et création de "Cachitos" à Chaguitillo où nous sommes tous logés dans les familles villageoises. Tournée sur cinq semaines (18 personnes dont un tiers de participants nicaraguayens) dans les villes nicaraguayenne de Sebaco, Matagalpa, Esteli, Leon et Managua la capitale. -2014 Reprise de « Tombé » au théâtre national de Bordeaux Aquitaine. -2014 Création de "Hinkeman" au Pot-Au-Noir en Isère. (15 personnes) -2015 Création de « Carson »

 

 


 

  • Marc Delmas

     


     

Nicolas Fleury

 

Après une formation en architecture intérieure à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, il assiste le scénographe Lou Goaco de 1989 à 1994 sur les spectacles de Jacques Pieiller, Sophie Loucachevsky, Gilberte Tsaï, Anne Torrès, Bernard Bloch, Christian Rist, Denis Podalydes…

 

Depuis 1994 il est scénographe, costumier, collaborateur artistique, comédien, et a travaillé avec Hélène Ninérola, Claire Lasne Darcueil, Edgar Petitier, Françoise Lepoix, Claude-Alice Peyrottes, Patrick Michaëlis, Yann-Joël Collin, Richard Sammut, Christophe Greilsammer, Mohamed Rouabhi, Eric Elmosnino, Eric de Dadelsen, May Bouhada, Caroline Marcadé, Eric Louis, D’ de Kabal, Alexandre Doublet, Frank Soehnle, Yan Duyvendak, Sandra Gaudin…

 

Il a mis en scène Fellicittà d’après Fellini, Pinocchio d’après Collodi, Passionnément à la folie pas du tout d’après Jean-Luc Lagarce, Lysistrata d’Aristophane, L’art c’est beau mais c’est du boulot, d’après Karl Valentin, Le squarede Marguerite Duras, Pacamambo de Wajdi Mouawad, Effets personnels de Christine Pignet.

 

 

 


Charlotte Gosselin

Depuis 1994 il est scénographe, costumier, collaborateur artistique, comédien, et a travaillé avec Hélène Ninérola, Claire Lasne Darcueil, Edgar Petitier, Françoise Lepoix, Claude-Alice Peyrottes, Patrick Michaëlis, Yann-Joël Collin, Richard Sammut, Christophe Greilsammer, Mohamed Rouabhi, Eric Elmosnino, Eric de Dadelsen, May Bouhada, Caroline Marcadé, Eric Louis, D’ de Kabal, Alexandre Doublet, Frank Soehnle, Yan Duyvendak, Sandra Gaudin… Il a mis en scène Fellicittà d’après Fellini, Pinocchio d’après Collodi, Passionnément à la folie pas du tout d’après Jean-Luc Lagarce, Lysistrata d’Aristophane, L’art c’est beau mais c’est du boulot, d’après Karl Valentin, Le squarede Marguerite Duras, Pacamambo de Wajdi Mouawad, Effets personnels de Christine Pignet.

 

Créée en 2011 par Charlotte Gosselin, L’Arc électrique mêle les arts (théâtre, danse, marionnette) et les approches (créations et projets de territoire) afin d’aller avec tous à la rencontre de l’inconnu. « Je n’aspire pas à un monde fait de certitudes. Il y a une richesse dans l’invisible. Il est possible de gagner à se perdre, à être surpris par ce qui pourrait surgir de nous. C’est ici que je situe l’acte de créer. C’est ici que l’acte poétique devient un acte politique, dans la nécessité du « doute ».Dans un souci d’engagement citoyen, la compagnie a donc deux pôles qui avancent conjointement : La création de spectacle et la création de projets de territoire avec les habitants. Un jeune public « Ô de Mer » sera créé en Mars 2016 autour du thème de la « mer » et un projet de territoire prendra naissance autour de l’adolescence en prévision de la création de « KIDS » de Fabrice Melquiot en Septembre 2017.

Formée auConservatoire National de Région de Tours entre 1998 et 2001, Charlotte Gosselin intègre ensuite l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes, promotion 2003- 2006. Dès sa sortie, elle travaille sous la direction de Claire Lasne Darcueil, alors directrice du Centre Dramatique Régional Poitou-Charentes et est formée à la marionnette au sein de la Compagnie Arketal à Cannes. Elle crée la compagnie « L’Arc électrique » en Février 2011.

 




  • Guillaume Jargot

Il débute en 2001 au Pot au Noir comme régisseur. A partir de 2004, il créé la lumière pour les spectacles de la Chaudière Intime, Scalène, la Déchue et autres. Créateur lumière pour la compagnie Encorps à venir depuis 2008, il accompagne aussi dans leurs tournées ou création; Mazalda, le CDNA et Amalgame En 2010, il rejoint les Artistes Bricoleurs Associés.

 


 

  • Dominique Laidet

     


     

     

  • Dominique Léandri

Dominique Leandri est comédienne et metteur en scène.

Elle a été formée au Conservatoire de Lille.

Elle a travaillé entre autres avec

Anne Alvaro/ Marivaux/Macchia/Synge,

Eric Dedadelsen/Dorin, Michel Cerda/Durif, Jean Deloche/Turini/Koltes,

Julien Guill/Hugo/Pirandello/Shakespeare, FannyRudelle/Pichette/Lemoine,

Isabelle Paquet/Poèmaton/Shakespeare, Richard Sammut,

Didier Galas/Gombrowic, Marc Paquien/Mankell, Martine Drai ,

Claude Yersin/Goldoni, Bastos/Kleist.

 

Elle a mis en scène plusieurs spectacles avec la compagnie Les Silenes : L’ombre de la vallée de Synge, La Milonga Ideal, Amoroso, Garcia Lorca,

 

 Elle a enseigné longtemps à la Maison du geste et de l’image à Paris pour des jeunes de collèges et lycées et des stages couplant plusieurs disciplines (théâtre/photo, théâtre/video, théâtre/chant)

 

Elle travaille également régulièrement avec le Collège International de la Traduction à Arles, où elle met en scène des lectures bilingues (franco-allemand, franco-serbe, franco-espagnol, franco-hollandais, franco-chinois, franco-arabe)




  • Jean François Matignon

Jean-François Matignon signe sa première mise en scène en 1987 avec Le Bouc de Fassbinder, suivie en 1988 de La Peau dure de Raymond Guérin.

Il crée en 1990 la Compagnie Fraction avec laquelle il va proposer plus de vingt spectacles inspirés par des auteurs contemporains, Modiano, Genet, Williams, Müller, Peace, Brecht et des classiques, Shakespeare, James ou Büchner.

Présent au Festival d’Avignon dans le In, avec trois de ses spectacles en 1999 Lalla (ou La Terreur) de Gabily, en 2000 Hôtel Europa de Stefanovski et en 2012 W/GB84 de Georg Büchner et David Peace

Il mène, en regard de son parcours de metteur en scène, un travail de transmission pédagogique, il intervient régulièrement au conservatoire d’art dramatique d’Avignon et au conservatoire d’art dramatique de Grenoble. Il propose également de nombreux stages, ateliers et masterclass.

Fil de navigation